Réflexion économique de la ménagère de plus de 50 ans

Share

Interrogation économique
Un article du Figaro Économie du 25 mars :
« La production de volaille continue à reculer en France. Le quart de la consommation est désormais importé.
Pour la quatrième année consécutive, la France a été importatrice nette de viande et de préparation de volailles. Pour faire face à la demande intérieure croissante – la volaille a remplacé en part de marché le bœuf dans le manier de la ménagère -, l’Hexagone a dû augmenter ses achats extérieurs. Ils représentaient l’an dernier le quart de la production nationale avec 449 000 tonnes, soit une hausse de 8,1% par rapport à 2009. »


Jusque-là pas de quoi faire virevolter l’anse de son panier ! La suite est plus amusante :

M. Michel Prugue, Président de la Confédération Française de l’Aviculture (CFA) précise « le déficit des échanges de la France avec ses partenaires européens a continué à se creuser en 2010 et empêche la filière française de profiter du dynamisme de la consommation intérieure ».

Si on comprend bien, bientôt on pourrait demander une « aide », un « plan spécial » pour les difficultés de la filière … qui n’a de difficultés que parce qu’elle est victime d’un « troc » européen.

Je reconnais humblement que tous ces échanges sont bien trop compliqués pour une pauvre ménagère de plus de 50 ans …

J’aimerais croire qu’elle n’est illisible que pour les non-initiés des économies à tiroirs, mais un autre article laisse à penser que non.

Toujours le même journal, toujours le même jour (la page d’avant, la 19). Titre :
« L’embellie se confirme pour l’industrie. En dépit des crises internationales émaillant le début d’année, le moral des industriels français est au plus haut depuis trois ans, selon l’INSEE. De bon augure pour la croissance du premier trimestre. »

Voilà notre ménagère toute réjouie : l’article nous compte de belles perspectives et s’achève par l’annonce du lancement par le GFI (Groupe des Fédérations Industrielles) de la première Semaine de l’Industrie le 4 avril.

Quelques lignes plus bas, nouvel article « Dix propositions pour le secteur »
et là, la ménagère apprend toute déconfite que la Fondation Concorde, présidée par Michel Rousseau, a présenté hier dix propositions pour relancer l’industrie lors d’un colloque auquel ne participait que du beau monde : Jean-François Copé, François Hollande, Anne Lauvergeon ..
Et l’usine à gaz commence :
– réduction des charges pour les 3 564 000 salariés
– exonération à 75 % de la CET
– supprimer l’ISF ou l’aménager par une exonération à 75% des capitaux investis en actions
– réduction à 20% du taux d’imposition des sociétés pour les bénéfices réinvestis
– réduction du taux marginal d’imposition sur les dividendes des entreprises de moins de 500 salariés
– maintien du crédit d’impôt et de recherche

Et bien, il semblerait que ces têtes pensantes aient du retard, non ?
Oui, il y a eu un passage à vide, cela fait partie de l’économie et cela redémarre … Leurs préconisations auraient peut-être eu du bon s’ils avaient su anticiper, au lieu de plâtrer une jambe déjà en voie de guérison !!!

Si on s’offrait la lecture de Le coche et la mouche de Jean de La Fontaine ?

Vous avez trouvé cet article intéressant ? je vous remercie de le commenter et/ou de le partager sur vos réseaux sociaux
Share

A propos Armelle Cadiou

Formatrice, Consultante et Coach je dispense des formations en entreprise, voir le site www.egea-formation.eu. Mes thèmes favoris sont la communication assertive, le management et le commercial.
Ce contenu a été publié dans Economie, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.