Racines chrétiennes de la France et même de l’Europe

Share

Racines chrétiennes de la France, l’affirmation qui étonne.

En janvier 2015, j’avais écrit un post qui s’intitulait « Vigilance pour la liberté, qui rime avec vérité » qui indiquait que la grande maison d’édition HarperCollins avait supprimé Israël des cartes du Moyen Orient . Je vous redonne brièvement le texte :

La maison d’édition américaine HarperCollins s’est excusée, mercredi 31 décembre, après que la presse a révélé la publication d’atlas destinés aux écoles anglophones du Moyen-Orient dans lesquels l’Etat hébreu n’apparaît pas.

Dans les cartes présentées dans ces manuels, les frontières de la Jordanie et de la Syrie sont étendues sur le territoire israélien, relève l’hebdomadaire catholique britannique The Tablet (article en anglais), qui a remarqué cette omission. Sont bien indiquées, en revanche, la bande de Gaza et la Cisjordanie.

Curieux comme procédé, non ?

Racines chrétiennes de la France

Et bien, ce genre de procédé existe aussi chez nous, où d’aucuns sont tentés par la falsification, l’omission ou … les fausses croyances.

J’ai l’impression qu’en ce moment, nos pseudo-élites s’égarent sur des terrains éloignés de nos préoccupations … est-ce pour masquer leur incurie ?

Alors que dans nos villes et villages les églises sont présentes, que les campagnes sont émaillées de clochers, d’aucuns font des déclarations sur leurs croyances, tel M. Pierre Moscovici qui déclare : « l’Europe n’est pas chrétienne, je ne crois pas aux racines chrétiennes de l’Europe, l’Europe est diverse ».

Clocher de France

Est-ce que l’histoire et la géographie sont de l’ordre de la croyance ou de la réalité ? Peut-on par idéologie personnelle balayer ce qui ne convient pas ?

Voici ce que répond Maxime Tandonnet dans FigaroVox:

D’un point de vue historique, la négation des racines chrétiennes de l’Europe est une contre-vérité. L’Europe est née sur les ruines de l’Empire romain dont le christianisme était devenu la religion officielle à la suite de la conversion de Constantin en 312. Elle est issue d’une longue épreuve d’affrontement entre des peuples germains convertis au christianisme pour la domination politique sur le continent. Le baptême de Clovis en 532, puis l’alliance des Carolingiens avec le pape ont constitué des étapes décisives de l’apparition de l’Europe. L’Empire de Charlemagne, proclamé en 800, qui couvre grosso modo un territoire correspondant à l’Europe occidentale, se confond avec la chrétienté. Il en est le protecteur et le bras armé. Il se donne pour objectif la conversion des peuples voisins (saxons, Frisons, Avars) et le début de la reconquista de l’Espagne musulmane.

Jusqu’au XVIIIe siècle, pendant au moins treize siècles, le christianisme est, de fait, le ciment des sociétés européennes. Dans les périodes obscures du Moyen-âge, de chaos, d’invasions, de destructions, le savoir est préservé dans les monastères et les abbayes. Les croisades pour la reconquête des «lieux saints» obsèdent les esprits pendant deux siècles. La légitimité du monarque est «de droit divin». La féodalité est soudée par des liens de vassalité, d’essence religieuse. Le christianisme et ses rituels imprègnent profondément la vie quotidienne. Le clergé dispense l’enseignement, soigne les malades, assiste les pauvres, encadre l’existence quotidienne. L’intervention divine est l’explication de tout événement: épidémie, guérison, bonne ou mauvaise récolte, défaite ou victoire militaire… D’ailleurs, s’il est une caractéristique commune au patrimoine architectural de l’Europe, c’est bien la présence partout des églises.

Cela permettra à M. Moscovici de revoir son histoire.

Qu’il prenne le temps de regarder le calendrier : à chaque jour son saint ou sa sainte, les jours fériés qui correspondent aux fêtes religieuses …

Maintenant que l’instruction de l’histoire s’est réduite comme peau de chagrin à l’école, il est du devoir de chacun d’entre nous de transmettre aux générations suivantes cette chronologie d’évènements qui éclaire bien souvent l’actualité d’aujourd’hui. Tous les régimes totalitaires ont comme terreau la non connaissance, l’éradication de faits dérangeants ou tout au moins des arrangements avec la réalité.

Vivre en advertance encore et toujours ….

Vous avez trouvé cet article intéressant ? je vous remercie de le commenter et/ou de le partager sur vos réseaux sociaux
Share

À propos de Armelle Cadiou

Formatrice, Consultante et Coach je dispense des formations en entreprise, voir le site www.egea-formation.eu.
Mes thèmes favoris sont la communication assertive, le management et le commercial.

Ce contenu a été publié dans Enseignement, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *