Prévention contre la violence parentale

Share

La fondation pour l’enfance lance une campagne de publicité à la télévision contre la violence ordinaire dans l’éducation. Le film s’appelle « Trois générations » :

Selon la Fondation pour l’enfance, 28 pays ont déjà interdit ces « pratiques inefficaces et traumatisantes ». Dans l’Union Européenne, seules l’Angleterre et la France n’ont pas légiféré contre ces violences « ordinaires » d’adultes envers les enfants.

Aujourd’hui, nous avons des lois qui interdisent de frapper un adulte ou un animal, mais tout adulte peut taper un enfant sans rien risquer. Au Canada, vous pouvez être dénoncé à la police par toute personne vous voyant brutaliser un enfant.

Les adeptes de la fessée vous rétorqueront que « personne n’en est mort ». C’est le plus souvent vrai.
C’est juste peu glorifiant pour le parent, qui montre de manière éclatante qu’il a perdu le contrôle de lui !!!
Or, le but était d’éduquer l’enfant.
Comment éduque-t-on un enfant ? en lui montrant l’exemple.
Est-ce le bon exemple de montrer que lorsque l’on a la force pour soi il est simple d’obtenir quelque chose : on tape, et l’autre se soumet.

Une question : qu’est-ce que notre enfant nous fait inconsciemment revivre de notre enfance qui nous fait autant perdre patience ?

Voilà un excellent sujet de réflexion pour toute personne désirant vivre par advertance.

Vous avez trouvé cet article intéressant ? je vous remercie de le commenter et/ou de le partager sur vos réseaux sociaux
Share

A propos Armelle Cadiou

Formatrice, Consultante et Coach je dispense des formations en entreprise, voir le site www.egea-formation.eu. Mes thèmes favoris sont la communication assertive, le management et le commercial.
Ce contenu a été publié dans Conscience, Parentalité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à Prévention contre la violence parentale

  1. castellesi dit :

    Oups, il y aurait tant a dire sur ce sujet. Je suis moi-même né en 1961 et j’ai été élevé « à la dure »; J’ai malheureusement reproduit, cette violence, verbale, ou gestuelle sur mes enfants pendant un laps de temps court mais déjà trop long. Aujourd’hui, mes enfants devenus adulte, on s’efforce d’en parler. Pour moi c’est comme dénouer des noeuds serrés par le temps. J’ai compris pleins de choses depuis, et je sais que jamais plus je ne commettrais ces erreurs, et j’espère que mes enfants auront plus de sagesse que moi a l’époque. Refuser les contextes de cette société ou la violence est partout. Lutter contre les reflexes nocifs créés par notre éducation, autant de missions difficiles a appliquer, et qui nous obligent a nous remettre en question.

    • Merci pour ce témoignage personnel. Il est vrai que nous trouvons tout à fait normal des rapports de domination / soumission vis-à-vis des enfants et que grandissant dans un tel contexte, il nous semble évident de les reproduire dans la société civile et en entreprise, avec le mal-être et les sentiment d’impuissance et de nullité que cela engendre.
      A chacun d’entre nous de se mettre en route pour ouvrir les yeux et le refuser.
      Manifestement la prise de conscience a été faite avec succès : bravo car cela n’est jamais facile !

  2. Gicerilla dit :

    Je trouve tout de même incroyable que les gouvernements doivent légiférer pour donner aux parents un « cadre éducatif » en s’immisçant ainsi dans la sphère privée, faisant montre d’une insupportable ingérence. La campagne de publicité ne parle pas de « fessée » mais bien de « roustée », de « dérouillée »… Ma mère a régulièrement connu la brûlure du cuir de la ceinture de son père sur sa chair et cette loi-là aurait certainement eu un intérêt. Pour autant, il y a une sacrée différence entre une fessée administrée avec parcimonie et avec sommation préalable et un passage à tabac défoulatoire.

    Pour reprendre un extrait de commentaire chez moi :
    « … je suis affligé de voir dans cette campagne l’amalgame qui est fait autour de la fessée, même par de grands professionnels de la pédopsychiatrie. Je pense qu’une fessée peut ne pas être violente, si elle est exécutée sans méchanceté. Et je n’ai pas de meilleure sanction plus bénéfique pour l’enfant dans de nombreux cas qu’une fessée exécutée sans méchanceté, toujours après sommations bien entendu.
    C’est la méchanceté, humiliante et culpabilisante qui peut détruire un enfant.
    Et il est des mots, des attitudes bien plus blessants que les fessées. »

    Je trouve sain que l’on empêche les parents de tabasser leurs enfants de la même façon qu’on protège les femmes des violences conjugales. Si le mot violence est le seul mot qui permet de décrire une situation, la loi aura du bon. C’est un sujet délicat et si l’on n’élimine pas la fessée de ses techniques éducatives, il y a un risque certain que les bien-pensants vous fassent passer pour un tortionnaire obscurantiste et dès lors, l’intolérance n’est pas loin… On n’en finit jamais, un mal en amène un autre. Vaste sujet. Tout n’est pas blanc et noir.

    • Tout à fait d’accord, le mieux peut basculer dans le pire.
      Une piste de réflexion pour s’orienter face à un enfant : est-ce que je veux le soumettre ou bien est-ce que je veux l’éduquer ?
      Si je veux le soumettre, la violence est le moyen idéal.
      Si je veux l’éduquer, la parole, l’exemplarité et la répétition sont vos alliés
      On peut imaginer que le parent ne souhaite pas qqch pour le bien de l’enfant. Ce bien doit pouvoir être démontré.
      Vous n’êtes pas entendu ? vous expliquez que votre rôle de parent vous oblige à interdire ceci ou cela, car votre responsabilité de faire en sorte que votre enfant aille bien est de votre ressort.
      Et vous lui donnez rendez-vous régulièrement pour en évaluer le bien fondé.

  3. Carol dit :

    Vous avez de bons points il, c’est pourquoi j’aime toujours verifier votre blog, Il semble que vous etes un expert dans ce domaine. maintenir le bon travail, Mon ami recommander votre site.

    Mon francais n’est pas tres bon, je suis de l’Allemagne.

    Mon blog:
    rachat credit proprietaire et Rachat De Credit rapide

    • Armelle Cadiou dit :

      Bonsoir Carol
      Je suis contente que ce site puisse vous aider.
      Qu’en est-il en Allemagne de la violence parentale ?
      Merci de nous éclairer sur ce que font nos plus proches voisins.
      Tchüss !
      Armelle

  4. Jean-luc dit :

    Super Article et super Infos que je ne connaissais pas, ce n’est pas mon domaine mais on sent que vous connaissez bien le Votre en tout cas !
    En Tout cas, j’ai bien apprécié de lire cette article, Merci
    je reviendrais lire la suite surement !
    Bonne continuation.
    J-luc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.