Morale, moralité, vérité, imposture …

Share

Notre pays va, le 15 mai, se retrouver entre les mains de François Hollande.

Tout le monde a applaudi son anaphore utilisée lors du duel télévisé avec Nicolas Sarkozy le 2 mai 2012 : vous vous souvenez, « Moi, Président, je … » ou bien » Moi Président je … »
(je ne sais pas comment François Hollande l’écrirait)

Quinze fois, il a scandé cette phrase, assortie de belles déclarations d’intention :

François Hollande, quel président comptez-vous être ?

François Hollande: Un président qui, d’abord, respecte les Français, qui les considère. Un président qui ne veut pas être président de tout, chef de tout et en définitive responsable de rien.

Moi président de la République, je ne serais pas le chef de la majorité, je ne recevrais pas les parlementaires de la majorité à l’Élysée.

Moi, président de la République, je ne traiterais pas mon premier ministre de collaborateur. Moi, président de la République, je ne participerais pas à des collectes de fonds pour mon propre parti dans un hôtel parisien.

Moi, président de la République, je ferais fonctionner la justice de manière indépendante, je ne nommerais pas les membres du parquet alors que l’avis du conseil supérieur de la magistrature n’a pas été dans ce sens.

Moi, président de la République, je n’aurais pas la prétention de nommer les directeurs des chaînes de télévision publique, je laisserais ça à des instances indépendantes.

Moi, président de la République, je ferais en sorte que mon comportement soit à chaque instant exemplaire. Moi président de la République, j’aurais aussi à cœur de ne pas avoir un statut pénal du chef de l’État, je le ferais réformer de façon à ce que si des actes antérieurs à ma prise de fonctions venaient à être contestés, je puisse dans certaines conditions me rendre à la convocation de tel ou tel magistrat ou m’expliquer devant un certain nombre d’instances.

Moi, président de la République, je constituerais un gouvernement qui sera paritaire, autant de femmes que d’hommes. Moi, président de la République, il y aura un code de déontologie pour les ministres qui ne pourraient pas rentrer dans un conflit d’intérêts.

Moi président de la République, les ministres ne pourront pas cumuler leurs fonctions avec un mandat local parce que je considère qu’ils devraient se consacrer pleinement à leurs tâches. Moi président de la République, je ferais un acte de décentralisation parce que je pense que les collectivités locales ont besoin d’un nouveau souffle, de nouvelles compétences, de nouvelles libertés.

Moi président de la République, je ferais en sorte que les partenaires sociaux puissent être considérés, aussi bien les organisations professionnelles que les syndicats et que nous puissions avoir régulièrement une discussion pour savoir ce qui relève de la loi, ce qui relève de la négociation.

Moi président de la République, j’engagerais de grands débats. On a évoqué celui de l’énergie et il est légitime qu’il puisse y avoir sur ces questions de grands débats citoyens.

Moi président de la République j’introduirai la représentation proportionnelle pour les élections législatives, pour les élections, non pas celles de 2012, mais celles de 2017, parce que je pense qu’il est bon que l’ensemble des sensibilités politiques soient représentées.

Moi président de la République, j’essaierai d’avoir de la hauteur de vue pour fixer les grandes orientations, les grandes impulsions, mais en même temps je ne m’occuperai pas de tout, et j’aurai toujours le souci de la proximité avec les Français.

Pour notre bien à tous, nous espérons que ce nouveau Président saura mettre en oeuvre ses louables intentions.
Si je me suis permis de mettre en gras trois expressions : « respecte les Français »,« mon comportement soit à chaque instant exemplaire », « il y aura un code de déontologie »« , c’est qu’il n’en a pas été toujours ainsi !

Si l’on en croit cette émission de Canal+ d’octobre 2008, François Hollande avait alors une drôle définition du « respect », de « l’exemplarité » et de la « déontologie  » ; regardez la vidéo intégralement – elle dure 4′ -, mais vous avez la réponse vers 2’15

Pour être élu Président de la République, il a convaincu suffisamment de gens !
Pour vivre en advertance, c’est un autre débat !

Vous avez trouvé cet article intéressant ? je vous remercie de le commenter et/ou de le partager sur vos réseaux sociaux
Share

A propos Armelle Cadiou

Formatrice, Consultante et Coach je dispense des formations en entreprise, voir le site www.egea-formation.eu. Mes thèmes favoris sont la communication assertive, le management et le commercial.
Ce contenu a été publié dans Conscience, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Morale, moralité, vérité, imposture …

  1. Ping : Le mariage pour tous | Advertance

  2. Ping : Communication et vérité - AdvertanceAdvertance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.