Manger peut-il nuire à notre santé ?

Share

Si vous cherchez la définition du mot « pesticide » : Un pesticide est une substance répandue sur une culture pour lutter contre des organismes considérés comme nuisibles. C’est un terme générique qui rassemble les insecticides, les fongicides, les herbicides, les parasiticides. Ils s’attaquent respectivement aux insectes ravageurs, aux champignons, aux « mauvaises herbes » et aux vers parasites.

Ce terme « pesticide » est aujourd’hui remplacé par « phytosanitaire ». Voici la définition qu’en donne le site gouvernemental « Travailler mieux, la santé et la sécurité au travail » :

– Un produit phytosanitaire est utilisé dans l’agriculture pour protéger les cultures des parasites, de certains insectes, de champignons ou de mauvaises herbes.

– Un produit phytosanitaire est composé d’un mélange complexe associé à de la matière active, ce qui demande une manipulation attentive de l’opérateur en raison des conséquences sur les êtres vivants et sur l’environnement que son application provoque.

Un produit phytosanitaire a des formules qui évoluent mais dont l’usage reste dangereux pour la sécurité des utilisateurs. Cela exige de prendre des précautions particulières lors du stockage, de la préparation et de l’utilisation de ces produits.

Et bien, découvrez dans ce documentaire passionnant – à regarder intégralement 1:31:38 – les dessous de l’agroalimentaire. Votre manière de manger devrait radicalement changer et votre corps vous en remerciera

http://www.youtube.com/watch?v=1QFaFOwx0Rw

Un exemple simple : une pomme : 26 traitements de pesticides. Pour traiter, l’agriculteur s’équipe de la tête aux pieds : pour des produits dits inoffensifs,

pourquoi une telle protection ?

Un autre exemple : pour lutter contre les papillons ? et bien on injecte tout simplement un virus vivant qui va contaminer les larves.

La farine : le blé a été traité, et ensuite pendant le stockage il est arrosé d’insecticides.

Le porc « bodybuildé » :  (90 000 porcs produits chaque année dans cette … porcherie !!). La traçabilité existe pour savoir d’où vient le porc, mais comment est sa viande ? cela n’intéresse personne, le contrôle effectué par le vétérinaire est uniquement visuel. Il a 30 secondes, pour le faire, mais soyez rassuré « c’est validé nationalement » (sic) !!

Le jambon à vos enfants :  je doute que vous continuiez à en donner !

Les graisses Omega 3 et 6 ne peuvent être fabriquées par le corps ; on les trouve dans l’alimentation et l’équilibre entre les 2 est primordial, or aujourd’hui les produits contiennent beaucoup trop d’Omega 6 au détriment du 3.

Le saumon : on fait évoluer le poisson en fonction de ce que veut le marché ! un nuancier de couleurs existe et la couleur censée plaire au consommateur est choisie. Une question : avez-vous déjà été consulté pour savoir quelle couleur de saumon vous aimez ? et qui a dit que nous, consommateurs, ne pouvions acheter le poisson comme la nature le produit ? qui nous explique que cette couleur n’est pas celle naturelle et que cette fausse couleur est le résultat de manipulations qui se fichent de notre santé.

Pour en savoir plus sur le saumon, consultez Rue 89
– le saumon, ruine écologique de la Norvège
La Norvège reconnait que son saumon peut être dangereux pour la société

Bien sûr, vous trouverez toujours des gens pour défendre ces abominations sous couvert d’avancées technologiques.
Union des Industries de la protection de plantes :
Sous-titre : Produits phytopharmaceutiques. Informations pour les Professionnels de l’Agriculture
: c’est clairement indiqué, leur but est de défendre l’usage des pesticides.

Il nous revient donc d’agir et de favoriser les organisations qui réfléchissent comment faire différemment.
L’Association Bleu Blanc Coeur a pris comme piste de réflexion de départ : Pour bien nourrir les hommes, commençons par bien nourrir les animaux.

Le 28 février 2013, un accord – qui n’est pas du tout été médiatisé – a été signé entre entre Bleu Blanc Coeur et les ministres de l’agriculture et de l’agroalimentaire pour améliorer la qualité nutritionnelle de notre alimentation et de notre environnement.
Retrouvez les termes de cet accord.
Si nous regardons les résultats attendus, cela semble décevant.

Il nous revient donc d’exiger davantage en nous mobilisant : Signons la pétition pour des aliments meilleurs pour notre santé.

Le commentaire ci-dessus nous démontre que les principes de sécurité ne sont absolument pas respectés par la chaine agroalimentaire. Le Mouvement pour le droit et le respect des générations futures propose une suggestion plein de bon sens : que sur les étals, les fruits et les légumes affichent leur teneur en pesticides. Ainsi le consommateur pourra choisir en connaissance de cause.

En fait, il est tout à fait possible de manger sain en renonçant à la productivité massive : le bio réponde à critères d’une nourriture saine, il faut juste :
– aider nos agriculteurs
– remettre des surfaces agricoles en service
– supprimer les aides européennes aux grandes exploitations et les distribuer aux petits paysans produisant de la qualité.

Si vous voulez continuer à voir des papillons, Signer la pétition .

Vous avez trouvé cet article intéressant ? je vous remercie de le commenter et/ou de le partager sur vos réseaux sociaux
Share

A propos Armelle Cadiou

Formatrice, Consultante et Coach je dispense des formations en entreprise, voir le site www.egea-formation.eu. Mes thèmes favoris sont la communication assertive, le management et le commercial.
Ce contenu a été publié dans Alimentation, Santé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.