Les déserts verts

Share

Un désert vert ? N’y a-t-il pas un paradoxe dans ces deux mots ?

Et pourtant c’est que notre monoculture intensive produit et cela est dévastateur pour notre environnement. Lisez cet article du site AUJARDIN.INFO, article que vous pouvez retrouver sur leur site ou le lire ci-dessous :

Les déserts verts

« Phénomènes inquiétants pour la biodiversité, les déserts verts ne cessent de progresser impliquant un impact environnemental catastrophique. Mais qu’est-ce qu’un désert vert ? Quelles sont les zones concernées dans le monde et comment y remédier ? Explications …

Le phénomène est provoqué par la monoculture intensive de plantes à l’échelle industrielle. Les surfaces agricoles se voient ainsi recouvertes sur des centaines, voire des milliers d’hectares d’une seule et même espèce produite à grands renforts de produits phytosanitaires aussi dangereux pour l’homme que pour les animaux. En résulte une disparition des espèces botaniques indigènes et de toute une faune essentielle à l’équilibre de ces terres. Peu à peu, ces surfaces perdent tout attrait écologique et se transforment en déserts verts ou seule subsiste la culture intensive.

La France compte près de 32 millions d’hectares de surfaces agricoles, qui ont vu disparaître des populations entières d’oiseaux et autres petits animaux pollinisateurs dont les abeilles de plus en plus décimées par ces pratiques. En Europe, les populations d’oiseaux des zones agricoles ont chutées de 30 à 40 % en moyenne depuis les années 90. Ces animaux doivent non seulement s’adapter à un milieu qui ne leur convient pas en terme de biodiversité mais aussi survivre aux divers poisons ingurgités via les végétaux, l’eau et les insectes contaminés par les pesticides et autres insecticides. Autant dire que leur survie est gravement menacée.

Le phénomène est encore plus flagrant en Amérique (Nord et Sud) où les grands groupes agroalimentaires épandent sans restrictions des tonnes de produits phytosanitaires et sèment à grande échelle des graines génétiquement modifiées. La culture intensive du maïs au États-Unis mais aussi celle du soja, qui se propage inexorablement aux pays d’Amérique du Sud, est en train de décimer la biodiversité de régions entières. C’est le cas du Paraguay, où seul le plan de soja fini par survivre à l’épandage du Round Up, produit toxique vendu associé aux semences transgéniques dénommées RR par la firme multinationale Monsanto.

Au Brésil, ce sont des populations indigènes entières qui furent dépossédées de leur terre afin d’y implanter une gigantesque plantation d’Eucalyptus qui puise la majorité de l’eau et des nutriments présents dans le sol. Une ONG brésilienne soutenue par la Commission européenne aide la communauté des indiens Pataxos à défendre leur qualité de vie et leurs droits menacés par l’exploitation intensive de cet arbre qui peu à peu réduit leur territoire.

Ces quelques exemples ne constituent que la partie visible de cet iceberg mondial qui conduit malheureusement notre monde vers des pratiques dangereuses et incontrôlées de perte massive en biodiversité.

Les solutions pourtant existent : une mise en valeur de l’agriculture biologique où l’usage de produits phytosanitaires strictement réglementé et d’origine non chimique serait une solution. On constate d’ailleurs que lorsque celle-ci est pratiquée, même en monoculture, la faune est plus présente et reste préservée. Mais la diversité reste un autre paramètre essentiel ; Ces cultures devront être associées à des zones de jachère apicole, où les agriculteurs en partenariat avec les apiculteurs travailleront à une meilleure gestion des terres en semant des graines destinées à la fois à enrichir le sol mais aussi à nourrir sur une longue périodes les insectes indigènes.

Une prise de conscience générale et mondiale devient urgente pour que populations et animaux ne finissent pas engloutis par ces désert verts. »

Vous pouvez mieux comprendre l’intérêt de la biodiversité en écoutant cette courte vidéo :

Comment lutter avec advertance à notre petit niveau ?

  • créer vous-même dans votre environnement des zones les plus naturelles possibles pour générer des zones de biodiversité.
  • créer votre propre potager pour manger des légumes et des fruits les plus sains possibles
  • sur votre balcon planter des plantes mellifères, c’est-à-dire produisant du nectar, pour attirer notamment les abeilles.
Vous avez trouvé cet article intéressant ? je vous remercie de le commenter et/ou de le partager sur vos réseaux sociaux
Share

A propos Armelle Cadiou

Formatrice, Consultante et Coach je dispense des formations en entreprise, voir le site www.egea-formation.eu. Mes thèmes favoris sont la communication assertive, le management et le commercial.
Ce contenu a été publié dans Environnement, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.