La guerre des graines

Share

La guerre des graines se joue au plus haut niveau pour les multinationales qui veulent confisquer des biens qui ne leur appartiennent pas.

La Guerre des Graines est un film de Stenka Quillet et Clément Montfort qui ont sillonné les pays pour enquêter sur ce scandale.

Ce film proposé par LaTéléLibre vous aide à comprendre comment les semences, qui ont toujours été à la disposition de tous pour se nourrir, sont un enjeu majeur pour nous confisquer le droit à une alimentation saine et libre de droit. Dans le monde impitoyable des profiteurs, les graines sont le produit parfait pour se faire de l’argent.

Alors, ils déploient des arguments généreux, dans lesquels les paysans acceptent … ou pas de tomber !

Il faut dire que c’est l’Etat qui au départ est demandeur. Au sortir de la seconde guerre mondiale il se tourne vers l’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique)  pour acquérir rapidement l’indépendance alimentaire et ne plus dépendre des Etats-Unis. La réponse de l’INRA : il faut des variétés végétales différentes de celles connues afin d’obtenir un meilleur rendement et il faut des plantes plus homogènes. C’est ainsi qu’une partie du métier des paysans a été confisquée au profit de semenciers, qui sélectionnent les plantes pour obtenir de meilleures propriétés .

Ça c’est une partie de la vérité. Car l’autre partie, c’est que les semences mises sur le marché sont hybrides et que cela empêche les paysans de s’en resservir pour semer.

Les sélectionneurs revendiquent alors une sorte d’équivalent de la propriété intellectuelle et les paysans ont payé des royalties sur les graines qu’ils resèment.

En 50 ans la production agricole française a doublé et bien que le nombre d’agriculteurs ait diminué, ils sont devenus 6 fois plus productifs.

Mais certains dénoncent cette main mise de 5 grands chimistes que sont DuPont Pioneer et Monsanto (USA), Limagrain France), Syngenta (Suisse) et Bayer (Allemagne).

Jean-Pierre Berlan fait partie de ces transfuges. Il se bat comme Guy Kastler, qui a fondé le réseau Semences Paysannes, pour que les semences soient libres de tout droit.

Le risque encouru … exactement le même que celui pour lequel l’Etat avait fait appel à l’INRA : la souveraineté alimentaire ! Quand il n’y aura plus que 4 ou 5 semenciers, ils feront la loi, leur loi et pourraient faire du chantage à l’alimentaire auprès des gouvernements pour obtenir encore plus … par exemple l’autorisation des OGM !

La vie entre les mains de producteurs de produits en « ‘-cides » (insecticides, pesticides, …), c »est-à-dire-de produits éradicateurs, donc pourvoyeurs de mort, est-ce réellement une bonne idée ? Ces sont des industries des sciences de la mort, et non de la vie comme elles se sont auto-proclamées.

Vandana Shiva, Docteur en physique quantique, scientifique et militante pour les libertés des graines, prix Nobel alternatif en 1993, qui a appris sur le terrain ce qu’était la biodiversité, grande inconnue de ses études. Elle a également appris en luttant contre la déforestation que la solidarité, le pouvoir de la base et l’autogestion sont plus puissants que tout.

Soyez vigilants, soyez plein d’advertance et choisissez avec les paysans (et non les exploitants agricoles) d’être pour :

L’ABONDANCE et non la rareté !
LA SANTÉ et non la maladie !
LA PAIX et non la guerre !

Vous désirez en savoir plus, rendez-vous sur le dossier de Bastamag.net: Main basse sur les semences.

Regardez, Pierre Rahbi

Vous avez trouvé cet article intéressant ? je vous remercie de le commenter et/ou de le partager sur vos réseaux sociaux
Share

À propos de Armelle Cadiou

Formatrice, Consultante et Coach je dispense des formations en entreprise, voir le site www.egea-formation.eu. Mes thèmes favoris sont la communication assertive, le management et le commercial.
Ce contenu a été publié dans Alimentation, Economie, Naturel et bio, Santé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.