Jean-Luc Delarue

Share

Pour Jean-Luc Delarue, son chemin terrestre vient de s’achever à 48 ans.

Ce soir, j’entends sur BFM TV des reportages sur lui : la profession salue d’une seule voix « l’enfant de la télé », « le surdoué » … « ll connaissait tout de ses invités, il bossait comme un dingue, il n’était pas pareil que les autres. »

Lorsque je lis l’interview d’une personnalité, j’apprends toujours qu’elle « n’est pas comme les autres », « qu’elle est complètement différente », « qu’elle dénote dans son milieu » … ce qui laisse entendre que le milieu dans lequel la personne vit est pourri, sauf … la personne dont on lit l’interview, qui, elle, fait preuve de bon sens, d’une hygiène de vie, d’une gentillesse … , bref de quantité de qualités dont manifestement ses pairs sont dépourvus.

Chaque nouvelle interview lue me sert la même rengaine. Donc ou bien les journalistes sont pleins de croyances fausses et à force ils devraient se libérer de leurs croyances ou biens ils mentent éhontément et volontairement … à vous de choisir l’option que vous préférez !

Pour Jean-Luc Delarue, litanie de bons sentiments et de propos lénifiants … repris par des anonymes qui n’ont connaissance de la personne que par écran interposé !!!

Si cela vous dit de lire ce genre de propos, voici un site internet au hasard : Le Journal des Femmes.

Sur BFM TV, témoignage de Laurence Ferrari racontant ses débuts avec lui : « on m’avait appris à poser des questions mais pas à écouter les réponses ; lui, m’a appris à écouter le public » (je retranscris la teneur des propos, non la répercussion fidèle des propos tenus)

Ecoutez et regardez, les propos les propos que je vous cite arrivent juste à la 39ème seconde.

http://www.dailymotion.com/video/xt13tl_laurence-ferrari-jean-luc-delarue-aimait-surtout-vivre-a-200-km-h_news

J’ai adoré cette vérité que Laurence Ferrari lâche sous le coup d’une demande pressante à s’exprimer sur la mort de Jean-Luc Delarue, avec lequel elle a débuté.
Cette vérité, nous la connaissons tous : les journalistes sont formatés pour poser les questions qui leur permettra, par un habile montage, de redonner l’information selon les messages qu’ils veulent faire passer.

Il me semblait pourtant que leur métier était nous donner suffisamment d’informations pour que nous soyons en mesure de nous forger notre propre opinion : cette conception du journalisme devait être dans une autre vie !

Je passe sur i-Télé et là, surprise ! un journaliste, Mathieu Geniole, confie combien le Jean-Luc Delarue, qu’il a connu en travaillant pour Réservoir Prod, était loin de l’image d’Epinal que les médias s’acharnent à nous servir, faisant certainement référence au JLD des débuts, mais qui n’existait plus.

Lisez son billet sur son blog.

Jean-Luc Delarue dit avoir pris de la cocaïne dès ses 20 ans. Quand il a rejoint la grande famille de Canal +, personne ne trouvait à redire à son addiction, puisqu’il semble que, dans ce milieu, ce soit un produit courant.

Comment pourrait-on trouver de l’aide alors que les autres ont le même mode de fonctionnement, même s’il est moins pathologique ?

On retrouve un peu un parallèle avec DSK.

Personne ne leur tend la main, car ces « personnalités people » sont le centre d’une sphère de pouvoir qui attire par ses lumières et chacun est prêt à faire profil bas plutôt que de prendre le risque d’en être sorti(e). Dans cette sphère, on peut se brûler les ailes sans trouver de l’aide.

Ce qui est plus alarmant, c’est que ce soit des gens comme cela qui soient portés comme des stars par les médias et qui donnent ses orientations à la société civile.

Je tolère tout, car ne pas tolérer serait me désavouer, voire ne pas me supporter !
C’est vrai que la tolérance fait partie du degré de civilisation d’une société, sauf que dans ces cas précis la tolérance engendre ou renforce des attitudes qui relèvent de la maladie.

Une règle de l’advertance : ne pas absoudre quelque chose sous prétexte que je la pratique.
Uniquement se poser la question : est-ce juste ? si la réponse est non, avoir le courage de consulter des professionnels pour en sortir.

Jean-Luc Delarue a mis son énergie à la fin de sa vie pour dénoncer ses démons et le peu de richesses de sa vie. Il pouvait alors sembler en pleine advertance pour ses fans, même si ce n’est pas l’avis de Guy Carlier sur Europe 1;

Le show des médias, reste le show des médias ….

Vous avez trouvé cet article intéressant ? je vous remercie de le commenter et/ou de le partager sur vos réseaux sociaux
Share

A propos Armelle Cadiou

Formatrice, Consultante et Coach je dispense des formations en entreprise, voir le site www.egea-formation.eu. Mes thèmes favoris sont la communication assertive, le management et le commercial.
Ce contenu a été publié dans Conscience, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.