Consultation européenne sur les OGM et l’agriculture bio (suite 2)

Share

Et bien, cette consultation européenne fait réagir les Advertants et nous permet de découvrir le fonctionnement du Parlement Européen.

Le sujet est fort intéressant et je vous propose de vous caler confortablement dans votre fauteuil pour lire et écouter la suite (créez une période de calme, car vous n’aurez pas envie d’être interrompu(e) !)

Attention, vous n’aurez pas souvent l’occasion d’être au cœur du Parlement Européen et de découvrir une partie de son fonctionnement. A déguster !

L’année dernière, donc, fin août 2012, un questionnaire sur le même thème est lancé par la Commission Européenne. Un citoyen français, Jean-Bernard Simian, jeune agriculteur cultivant la micro-algue spiruline à Carqueiranne dans le Var, est directement concerné par le sujet et s’y intéresse de près. Il se rend rapidement compte, qu’on peut remplir plusieurs fois le questionnaire – lui-même enverra 10 questionnaires vides, qui seront validés – et que l’on ne peut pas savoir qui répond.
Ce questionnaire, en ligne sur le site food4.eu, s’intitule « De l’agriculteur au consommateur, quelle politique agricole et alimentaire choisir? » et prétend prendre l’avis des citoyens de l’Union Européenne (460 millions) au moment où la réforme de la PAC (Politique Agricole Commune) est en cours.

Trouvant les coordonnées de la personne en charge du questionnaire : Isabelle Durant, il lui envoie un mail d’étonnement le 20 septembre 2012.

120920 Mail JB Simian a Isabelle Durant

Le 8 octobre 2012, Dimitri Lemaire, Responsable de la participation citoyenne
pour le cabinet de la Vice-présidente Isabelle Durant au Parlement Européen, appelle Jean-Bernard Simian suite au mail envoyé.

Jean-Bernard Simian lui signale que la conversation sera enregistrée et Dimitri Lemaire confirme à la fin de l’entretien que « Vous pouvez en faire ce que vous voulez »
Ecoutez l’enregistrement audio, attention durée de 54:18

ou lisez-le ci-dessous
Transcription de la conversation téléphonique de Lemaire et de Jean

On reste simplement stupéfié devant un tel mélange de manipulation et de candeur.
« suite à votre mail, moi je voulais vous téléphoner, vous appeler, parce que, on a reçu quelques commentaires qui sont très proches des vôtres en fait sur le fond du questionnaire, mais il y a quelque chose que vous ne savez certainement pas et que pour le moment je ne peux pas écrire : c’est que ce questionnaire a été développé comme une méthode de recrutement, pour faire une conférence de citoyens à Bruxelles. Donc une conférence citoyenne, une conférence de consensus est une méthodologie, heu, une méthodologie qu’on utilise pour, heu, organiser les consultations de la société civile non organisée, c’est à dire, une sorte de citoyens lambda, non engagés.

On reste simplement pantois devant la volonté de faire participer et le désir de contrôler et de manipuler en écartant ceux qui, connaissant le sujet, n’auraient pas un avis conforme à ce que la Commission a envie d’entendre
« Donc pas du tout vous. Vous, vous êtes engagé dans votre entreprise, par vos convictions. Donc ici ce qu’on fait c’est : on lance un questionnaire. Il a été, donc pour répondre à une de vos questions, il a été écrit par le Parlement, donc il se voulait neutre et surtout, toucher le commun des mortels qui ne s’intéresse pas à l’agriculture et qui ne connaît pas l’agriculture. »

Effectivement, en s’adressant à des gens qui n’y connaissent rien et en biaisant les questions, on peut arriver à faire dire ce que l’on a envie que les gens disent.
Car figurez vous que les citoyens osent ne pas dire pas ce que l’on veut :
« Si vous allez sur les commentaires que l’on a reçu après Facebook, beaucoup de gens disaient qu’il fallait arrêter de financer, heu, les agriculteurs et cætera, bref il ne connaissent pas du tout la problématique donc c’était intéressant de voir que les gens qui répondaient étaient complètement à côté de la plaque sur la nécessité et l’importance de la PAC. Tant historiquement que pour aujourd’hui et pour le futur quoi. »

Mais, on prend quand même la peine de briefer ces gens lambda dont on voulait surtout un avis neutre.
« Et donc l’idée était d’avoir des consommateurs, donc des gens, qui mangent, qui n’étaient pas nécessairement engagés, qui ne savaient pas grand chose encore là dessus, étaient briefés pendant un jour et demi à Bruxelles, par quelqu’un de l’INRA que vous devez connaître qui est Sophie Troyer qui est quelqu’un, une chercheuse qui avait donné premièrement un aspect je dirais global par rapport à la PAC, historiquement, aujourd’hui et où allons nous. Ensuite quelqu’un de Via Campesina et finalement quelqu’un de Copacogéga. »

et on oriente les questions
« Quand vous marquez, « la viande devrait être traitée avec des hormones pour être plus abondante et plus juteuse ? », mais…mais… c’est surréaliste. « Les plantes devraient être traitées génétiquement pour augmenter la production et supprimer les maladies ? »… Mais vous les avez vu ces questions ? Mais c’est complètement incroyable, des questions pareilles. C’est du jamais vu. » s’étrangle Jean-Bernard Simian

Figurez-vous que pour recruter 27 personnes (1 par pays de l’Union Européenne) il a fallu monter cette machine à gaz !
Un échantillonnage représentatif de 27 personnes (ignares sur le sujet) pour 460 millions de citoyens !
Et figurez-vous que très vite ils ont eu leur quota, mais ces idiots de Français sont très impliqués dans leur agriculture et ils ont répondu massivement, pas comme dans d’autres pays :
«  Les gens sont plutôt, plutôt contre en fait, mais contre en fait parce que ça…c’est parce que les Français ont fait circuler ça dans les réseaux, qui étaient assez bio etcétéra. Et donc, ils étaient, ils étaient… contre en fait tout ça. Donc, ils savaient de quoi ils parlaient … »
« Tandis que chez le Roumain, chez, chez, le Letton, le Maltais, le Grec et cætera Parce qu’en Grèce, j’ai reçu cinq réponses sur les 65000, évidemment, ils ont d’autres chats à fouetter que répondre à un questionnaire sur l’agriculture aujourd’hui. »

… mains ne déflorons pas tout, écoutez par vous-même !

Voici les réponses reçues au questionnaire, réponses manifestement non politiquent correctes :
120815 resultats_questionnaire_food4eu

On reste simplement abasourdi sur l’amateurisme de tout cela.

« « Ils ne veulent pas, ils ont peur, ils ont peur d’avancer sur une participation citoyenne, auquel il n’ont pas le contrôle.
Parce que si on venait leur dire des choses sur lesquelles ils ne sont pas contents …. »

Pour mémoire, la commission « Participation Citoyenne » s’occupe dans le cas présent du sujet de la PAC parce qu’il est d’actualité, mais elle a vocation à s’occuper de tous les sujets traités au Parlement.

Nous remercions du fond du cœur Dimitri Lemaire pour son honnêteté, sa transparence et sa foi en ce qu’il fait.

Quelle est la finalité de ce nouveau questionnaire lancé en ce début 2013, qui semble avoir les mêmes défauts que celui lancé en 2012 ? Normalement, ils savent ce qu’ils font maintenant. Quel est l’enjeu caché ?

Ne perdons pas de vue que l’Europe nous impose ses prises de position.
Au nom de qui parle-t-elle ? elle vient de nous démontrer l’impossibilité de parler au nom des citoyens.

Et nous, n’avons-nous pas abdiqué notre advertance en faisant confiance ?
Comment imaginer que ces gens fonctionnent de cette manière ?

Merci infiniment à Jean-Bernard Simian d’avoir pris de son temps pour démonter la « mécanique. Grâce à lui nous avons eu une occasion unique d’entendre l’Europe de l’intérieur, rappelons-nous en dans d’autres occasions.

Vous avez trouvé cet article intéressant ? je vous remercie de le commenter et/ou de le partager sur vos réseaux sociaux
Share

A propos Armelle Cadiou

Formatrice, Consultante et Coach je dispense des formations en entreprise, voir le site www.egea-formation.eu. Mes thèmes favoris sont la communication assertive, le management et le commercial.
Ce contenu a été publié dans Alimentation, Environnement, Naturel et bio, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.