Connaissez-vous le « pester power » ou en français le pouvoir de prescription ?

Share

Le « pester power » ou traduit en français : pouvoir de prescription est devenu une méthode marketing redoutable pour cibler les jeunes.

L’industrie alimentaire en a fait une arme pour s’immiscer dans des domaines éloignés tels le sport ou l’école.

Anna Lappé est la fondatrice du site « Food MythBusters« , qui veut démystifier les mythes de l’industrie alimentaire pour vendre une nourriture non saine et non respectueuse.

Résultat de recherche d'images pour "pester power"

Elle est intervenue chez TEDxManhattan pour s’insurger sur le « pester power » (marketing s’adressant à des enfants. Un personnage célèbre – dit héros – est utilisé pour vendre un produit courant, puis les enfants harcèlent littéralement leur parents pour avoir ce produit, qui les rapprochent de leur héros ; ils deviendront ainsi des clients loyaux à vie)

Qu’un enfant puisse ingurgiter 4.600 publicités pour l’industrie alimentaire chaque année doit nous parler !!!

Il ne suffit pas d’éteindre la télévision, car cette pub insidieuse est omniprésente : livrets d’activités, cars scolaires, gymnases … Certes, Anna Lappé parle des Etats-Unis, mais y échappons-nous et combien de temps faudra-t-il pour que cela arrive ? Car pour pouvoir résister à la manne publicitaire, encore faut-il avoir les moyens ! Il faut donc un Etat riche et fort !

Les réseaux sociaux, auxquels nos jeunes sont si attachés, font très fort : en mettant en place  des sites dédiés, des concours, ils collectent des données précieuses et ainsi, grâce aux numéros de téléphone donnés, ils traquent les ados : s’ils arrivent dans la zone d’un Mc Do, aussitôt une pub alléchante s’affiche !

Et n’oubliez jamais votre pouvoir de consommacteur :

« A chaque fois que vous dépensez de l’argent, vous votez pour le type de monde que vous voulez ». Anna Lappé

Nos enfants ne sont pas au service de l’argent : faites pression pour bannir le pester power !

Vous trouverez ci-dessous la traduction d’un mythe de l’industrie alimentaire dénoncé par Anna Lappé, mais je vous enjoins à chercher dans la site Food MythBusters pour y trouver de nombreux articles et exemples.

MYTHE#1: Nous avons besoin de l’agriculture industrielle pour nourrir le monde.
 
La population mondiale ne cesse de croitre. D’ici 2050, nous devrons doubler la production agricole mondiale. Pour ce faire, nous aurons besoin du génie génétique, de pesticides avancés et d’engrais – de beaucoup d’engrais. C’est pourquoi nous travaillons tous les jours main dans la main avec les agriculteurs et leurs familles.  ……………………………………………………………………………………………………………

Les messages comme celui-ci semblent de plus en plus présents autour de nous. Mais qui est vraiment à leur origine ? Il s’avère que ce sont les entreprises bénéficiant de ce type d’agriculture – comme celles vendant des pesticides, des engrais et des produits chimiques. 1  Elles dépensent des milliards de dollars pour nous avertir que leur façon de faire est la seule manière, avec des groupes industriels comme l’Alliance pour nourrir le futur, dont les membres comprennent l’association pour les vinaigrettes et les sauces et l’Institut National de la pizza surgelée. 2 Mais demandez aux paysans qui savent vraiment comment nous nourrir et vous obtiendrez une toute autre histoire – une histoire déchirante mais pleine d’espoir que j’ai entendue en parlant à des centaines de famille comme celle-là. ……………………………………………………………………………………………………………

Cinquante années de mythe – et d’argent investi en lobby pour le soutenir – ont favorisé le contrôle exercé par les grandes sociétés et l’agriculture chimique, avec peu ou pas de soutien des fermiers désireux de suivre une autre voie. .3 Il est donc facile de comprendre le sentiment de nombreux paysans selon lequel « soit tu es avec nous, soit tu es dehors ». « Être avec nous » voulant dire que les agriculteurs doivent arrêter des pratiques qui permettent de maintenir les sols en bonne santé et adopter la monoculture. .4 Le bétail qui était auparavant élevé  dans les fermes est dorénavant entassé dans des industries polluantes.5

……………………………………………………………………..………………………………………………

Pour maintenir ce système contre-nature en état de marche, ces agriculteurs achètent maintenant des intrants hors de prix qui proviennent tous de sociétés très peu nombreuses demandant des prix toujours croissants. .6 L’addiction est rapide : les nuisibles deviennent résistants donc vous devez utiliser plus de produits chimiques. 7 Le cheptel tombe malade donc vous devez employer plus de médicaments;8 le sol perd sa fertilité naturelle donc vous devez recourir à plus d’engrais chimiques.9 ……………………………………………………………………………………………………………
Ensuite, d’autre part, quand les fermiers tentent de vendre leurs champs, ils font face à peu d’acheteurs mais de grande taille qui en proposent des prix imprédictibles. Ce système ne peut pas fonctionner très longtemps sur le plan économique. Au cours des cinquante dernières années, des millions d’agriculteurs désespérés ont dû signé des contrats avec des grosses sociétés qui leur dictent leur moindre mouvement ou ont perdu leur ferme. 10 De plus en plus, les revenus agricoles se concentrent au sommet de sorte qu’aujourd’hui seulement une ferme sur dix aux Etats-Unis peut subvenir aux besoins de la famille.11 Dans beaucoup d’autres pays on peut observer la même chose. Les petits paysans, qui ont cru en la promesse selon laquelle l’agriculture industrielle est la solution, sont pris au piège de l’endettement et de la dépendance.12  Alors oui, l’agriculture est profitable aux familles certaines personnes – y compris certains des plus grands exploitants agricoles – mais pas aux exploitations familiales traditionnelles. 13 Et de un contre ce mythe. ……………………………………………………………………………………………………………
 
Mais on doit nourrir le monde tout de même, non ? Si ce n’est pas comme ça, quel choix avons-nous ? Un excellent choix. Nous ne voyons juste pas de publicité à ce sujet et il ne reçoit certainement pas les subsides alloués à l’agriculture industrielle.14 Les techniques de pointe de l’agriculture durable mettent un terme à la dépendance aux produits chimiques. Elles utilisent de meilleures pratiques et jamais plus d’achats hors de prix. Les paysans qui pratiquent l’agriculture durable participent à la bonne santé des sols en plantant une variété de produits dans les champs et en les alternant. Ils élèvent leurs animaux à la ferme, pas entassés dans des usines. Ils fertilisent les sols grâce au compost et à l’élevage ou en plantant des champs nourrissant la terre. Des plants plus sains avec une bonne rotation
des sols permet aussi de garder les nuisibles à distance en évitant d’éliminer les insectes dont nous avons besoin – comme les importants polinisateurs. ……………………………………………………………………………………………………………

Et comment ce choix affecte-t-il chacun d’entre nous ? Massivement. Les exploitations industrielles dégradent et érodent la précieuse couche arable du sol – 64 tonnes par are sont perdus chaque année dans certains endroits des Etats-Unis. 15 Elles aspirent d’immenses quantités d’eau– la majorité provient des nappes phréatiques – irremplaçables. Elles utilisent des millions de livres en antibiotiques – une pratique qui a fait émerger de nouvelles bactéries dangereuses.16 Elles produisent aussi des ruissellements toxiques qui polluent nos rivières, nos océans et nos corps !17 Un Américain moyen a déjà au moins 13 pesticides dans son corps.18 Et à cause de l’utilisation des produits chimiques dans les champs, les agriculteurs et les travailleurs agricoles ont plus de risques de développer divers cancers. 19 ……………………………………………………………………………………………………………
 Donc l’agriculture durable est meilleure pour les paysans et l’environnement mais peut-elle nourrir le monde? Toutes les études disent oui ! L’agriculture durable produit aussi bien… et encore mieux dans les années sèches.20 C’est une nouvelle importante pour les petits paysans qui cultivent déjà 70% de la nourriture dans le monde – pour augmenter la production ils ne doivent pas suivre la voie chimique..21 ……………………………………………………………………………………………………………
Et à l’avenir, nous parlons tous de l’alimentation? L’agriculture industrielle demande plus d’énergie fossile,22 d’eau,23 et de minerais extraits 24 – biens dont le prix ne va que croitre avec leur épuisement. Au bout du compte, la voie chimique ne peut pas marcher pour les paysans mais n’est même pas un choix du tout.  A l’avenir l’agriculture industrielle ne cultivera pas plus de nourriture avec fiabilité – pas même aujourd’hui. Et ça fait déjà de deux contre le mythe ! ……………………………………………………………………………………………………………
 
Mais nous n’avons pas encore regardé le plus grand trou de leur histoire. Ils disent que nous devons doubler notre production si nous ne voulons pas mourir de faim. Vraiment ?  Nous avons déjà presque 3000 calories disponibles par personne par jour sur terre – plus qu’assez pour vivre.25 Et cela après avoir gaspillé un tiers de la production alimentaire, 26 et une grande partie de la production n’est pas directement mangée. Un tiers des céréales mondiales servent à nourrir le bétail.27 Aux États-Unis, la plus grande culture est le maïs mais moins d’un pourcent de tout le maïs planté sert à nous nourrir.28 La plupart part en carburant ou en aliments pour le bétail. Si l’on continue sur cette voie, nous pouvons toujours produire plus et augmenter la faim. 29 Pour y mettre un terme, chacun doit avoir le pouvoir d’acheter ou de cultivar selon ses besoins. Et ça, c’est la raison d’être de l’agriculture durable. Et de trois contre ce mythe dangereux ! ……………………………………………………………………………………………………………

Alors la prochaine fois que quelqu’un qui fait des pizzas surgelées – ou des pesticides toxiques – vous dit qu’il n’y a qu’une seule manière pour se nourrir à l’avenir, dites-leur que leur histoire est remplie de trous. Les preuves sont indéniables : l’agriculture durable montre que nous pouvons tous avoir accès à une nourriture saine – et chacun de nous a le pouvoir de rendre cela possible. Nous pouvons rediriger notre propre consommation et l’argent public qui va maintenant dans les poches de l’agro-industrie. Nous pouvons nous lever et nous faire entendre pour les petits paysans de notre pays et à travers le monde. 
 
Surfez sur FoodMyths.org pour en savoir plus, vous connecter à des centaines de groups aux frontières de cette lutte et vous engager.

Vous pouvez retrouver sur cette page le texte ainsi que ses références

Vous avez trouvé cet article intéressant ? je vous remercie de le commenter et/ou de le partager sur vos réseaux sociaux
Share

À propos de Armelle Cadiou

Formatrice, Consultante et Coach je dispense des formations en entreprise, voir le site www.egea-formation.eu. Mes thèmes favoris sont la communication assertive, le management et le commercial.
Ce contenu a été publié dans Conscience, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *