Comment nos enfants sont-ils soignés ?

Share

Ce documentaire « La face cachée du médicament pour enfants » – produit par Grand Angle Productions et réalisé par Sandrine Mary – dénonce une médecine approximative qui dispose de peu de médicaments spécialement conçus pour les enfants et qui utilise les médicaments destinés aux adultes en jouant avec les posologies. Mais un enfant n’est pas un adulte en miniature … et jusqu’à 25 ans il va se développer à son rythme et selon ses capacités.

https://www.youtube.com/watch?v=HZFLczRdALw

 

Les enfants sont les oubliés du médicament. En médecine de ville, la moitié des médicaments délivrés le sont hors AMM (Autorisation de Mise sur le Marché délivrée par l’AFFSAPS), c’est à dire qu’aucune étude n’a été réalisée sur l’enfant pour s’assurer de son efficacité.

En service hospitalier, c’est encore pire car plus de 90% des médicaments n’ont jamais fait l’objet de test.  Le médicament pédiatrique se révèle souvent être une adaptation hasardeuse d’un médicament adulte par

une simple règle de 3 en rapport avec le poids. Hors l’enfant n’est pas un adulte miniature.

Alors pourquoi les médicaments pédiatriques souffrent-ils d’aussi peu de développement ? Pourquoi le marché de 110 millions d’enfants en Europe n’intéresse pas les firmes ? Comment traiter efficacement lorsqu’il y a si peu de médicaments adaptés ?

Ce documentaire propose un éclairage sur une problématique qui est aujourd’hui au cœur des débats d’un point de vue scientifique, éthique, juridique et sociétal. La réalisation intimiste au plus prés des intervenants mettra en avant un réel malaise qui touche tous les pays Européens.

Le cerveau est en ligne de mire puisque le système nerveux central peut être touché par ces médicaments.

Lorsque que l’on voit le cirque qui est fait sur l’utilisation des plantes et l’obligation de mettre des alertes sur le danger de se soigner par les plantes, telles que celle-ci :
« Plantes médicinales par voie orale chez les enfants, la prudence s’impose :
Les principes actifs des plantes peuvent être toxiques pour les enfants. Dans la plupart des dossiers que l’EMA (Agence européenne du médicament) consacre aux plantes médicinales, elle en contre-indique l’usage chez les enfants de moins de douze ans et, très souvent, chez les moins de dix-huit ans. Ces précautions sont particulièrement importantes pour les plantes administrées par voie orale. »

Heureusement, tout cela est en train de changer : des médicaments spécifiques aux enfants sont développés systématiquement aujourd’hui. Mais il n’en reste pas moins que comme le dit une femme médecin « il n’y a pas de médicament sûr, il reste toujours des effets indésirables. Reste à savoir si les effets indésirables restent acceptables au niveau de la population par rapport aux effets attendus et démontrés. »

On est très étonné de voir un tel manque de précautions élémentaires pour les produits chimiques.
N’est-ce pas bizarre cette tendance à se méfier du naturel et à encenser le chimique ?
Est-ce parce que le naturel ne coûte rien ou pas grand chose ?
Est-ce parce que des pans entiers de la société vivent de la maladie ?

Alors, vous qui vivez en advertance, pensez aux premiers médicaments : votre alimentation, pour avoir un corps sain moins sensible aux maladies, puis aux plantes, à l’homéopathie, aux huiles essentielles …

Vous avez trouvé cet article intéressant ? je vous remercie de le commenter et/ou de le partager sur vos réseaux sociaux
Share

A propos Armelle Cadiou

Formatrice, Consultante et Coach je dispense des formations en entreprise, voir le site www.egea-formation.eu. Mes thèmes favoris sont la communication assertive, le management et le commercial.
Ce contenu a été publié dans Santé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.