Cancer du sein

Share

Un article de Psychomedia attire mon attention : Les métiers qui favorisent le plus le cancer du sein.

« Avec environ 53 000 nouvelles personnes touchées chaque année, le cancer du sein est le plus répandu des cancers féminins. Près d’une femme sur neuf sera concernée au cours de sa vie, le risque augmentant avec l’âge. Moins de 10% des cancers du sein surviennent avant 40 ans. «  Source : Ligue contre le cancer du sein

Ce qui ressort de l’étude de James Brophy, de l’Université de Stirling (Ecosse) – qui a porté sur 1.006 femmes atteintes de la maladie et 1.147 femmes non atteintes résidant dans le sud de l’Ontario (Canada) – c’est que l’environnement a un énorme impact. Chaque secteur fixe des normes, mais il n’y a aucune autorité supérieure qui peut additionner tous les facteurs, d’autant plus que chacun d’entre nous est soumis à des facteurs différents et n’est pas « équipé » de la même manière pour y faire face.

Une seule solution : l’advertance ! La nature a très bien su se développer sans additifs, reprenons les mêmes ingrédients qu’elle : une nourriture sans ajouts, la plus proche possible de l’état naturel, et un environnement polluant le moins possible

Voici les conclusions de James Brophy et de ses collègues écossais, canadiens (université de Windsor) et américains, qui ont analysé des données concernant les métiers les plus à risques.

– La conserverie alimentaire : Le risque doublait pour les femmes travaillant dans ce secteur et il était multiplié par 5 (500%) chez celles n’ayant pas atteint la ménopause. Ce risque accru est lié, précisent les auteurs, à l’exposition à des résidus de pesticides et aux émissions de perturbateurs endocriniens provenant des revêtements des boîtes de conserve.

– La fabrication de pièces en matières plastiques : Le risque doublait pour les femmes travaillant à la fabrication de pièces en matières plastiques dans le secteur de l’industrie automobile. Chez les femmes pré-ménopausées, le risque était multiplié par 5.

Bars / Casinos / Hippodromes : Le risque doublait, en raison, suggèrent les auteurs, de l’exposition au tabagisme passif et du travail de nuit qui perturbe les rythmes circadiens, ce qui affecte le système endocrinien.

– Le travail des métaux : Le risque était accru de 73% pour les femmes qui travaillent dans l’outillage, les fonderies de métal et la fabrication de pièces.

– L’agriculture : Un risque accru de 36% est lié à l’exposition à des pesticides cancérogènes et perturbateurs endocriniens.

Pour les femmes plus jeunes, n’ayant pas atteint la ménopause, le risque était particulièrement accru dans les métiers liés au plastique et aux conserves alimentaires.

Vous avez trouvé cet article intéressant ? je vous remercie de le commenter et/ou de le partager sur vos réseaux sociaux
Share

A propos Armelle Cadiou

Formatrice, Consultante et Coach je dispense des formations en entreprise, voir le site www.egea-formation.eu. Mes thèmes favoris sont la communication assertive, le management et le commercial.
Ce contenu a été publié dans Santé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.