Science sans conscience …

Share

« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » écrivait Montaigne.

Cette phrase prend toute sa saveur avec l’actualité.

Même si les Japonais sont des gens sérieux et ont pris de fortes précautions pour sécuriser leurs centrales nucléaires, on voit bien qu’on ne peut pas tout prévoir lorsque l’on habite une région dans laquelle 4 plaques tectoniques entrent en force les unes contre les autres.

Ne serait-ce pas cela la science : aller jusqu’au bout de la réflexion en envisageant le pire, même si cela ne va pas dans le sens que je souhaite ?
Ne serait-ce pas cela conscience : savoir renoncer si les conséquences – même si elles ne semblent qu’hypothétiques – pouvaient s’avérer désastreuses ?

Quelqu’un me rétorquait l’autre jour que le Japon ne pouvait pas fonctionner sans centrale nucléaire puisqu’il avait décidé d’être un pays moderne ayant sa place dans l’industrie et les nouvelles technologies ?
OK, aurait-il pu devenir leader d’autre chose sachant que cette direction l’emmenait vers une prise de risque défiant la nature ?

Chacun d’entre nous doit s’interroger : notre conscience émerge-t-elle dans nos réflexions et est-elle au premier plan de nos décisions ?

Vous avez trouvé cet article intéressant ? je vous remercie de le commenter et/ou de le partager sur vos réseaux sociaux
Share

A propos Armelle Cadiou

Formatrice, Consultante et Coach je dispense des formations en entreprise, voir le site www.egea-formation.eu. Mes thèmes favoris sont la communication assertive, le management et le commercial.
Ce contenu a été publié dans Conscience, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.